Conseil

Au départ, l’objectif d’amoor est d’accompagner des collectivités qui se lancent dans l’innovation publique et leur permettre de ne pas perdre de temps à essuyer des plâtres que d’autres ont déjà essuyé avant elles.

En 5 ans, 3 situations plus particulières ont émergé et correspondent à des besoins repérés :

Il a semblé utile de proposer des accompagnement clés en main sur ces trois sujets. Mais bien entendu, amoor peut toujours accompagner des équipes qui se lancent avec des dispositifs à la carte !

Choisir ses modalités en fonction des enjeux

Un projet qui mériterait un éclairage citoyen, une décision à prendre où il serait bon de prendre le pouls des habitants, l’envie de co-construire un service public (ou de le co-reconstruire quand il a vieilli) ?
Il existe de nombreuses façons de d’associer les citoyens et elles doivent s’adapter aux objectifs poursuivis et aux enjeux de la situation rencontrée.
Une fois saisi, amoor déploie un mode opératoire simple et agile, qui permet de décider de la solution choisie en un temps record.

Par mail, par téléphone, en visio, un premier échange permet de comprendre le sujet, et de lancer une recherche documentée pour pouvoir s’inspirer d’expériences similaires en France ou à l’étranger
Une séance de travail avec le ou les pilotes du projet permet d’envisager des techniques à utiliser (concertation, recherche d’expertise d’usage, consultation, …), les publics à cibler et les moyens (humains, matériels, budgétaires) qu’il est possible d’y consacrer.
L’objectif est de disposer en livrable : d’une cartographie des parties prenantes de l’exercice de dialogue citoyen (habitants concernés, services, élus, prestataires, associations, institutions, …), d’une liste des paramètres de la concertation (lieux, moyens de communication, méthode d’animation, contrat entre acteur public et citoyens, …) et d’un ou plusieurs scénarios actionnant différentes techniques de concertation.
Pour passer de plusieurs scénarios à la solution choisie, un atelier d’une demi journée animé par amoor utilisera l’outil du « R.O.I. citoyen », qui permet de se positionner du point de vue des publics citoyens pour en évaluer l’attrait et se donner toutes les chances d’une bonne participation et d’un résultat utile pour l’acteur public
A l’issue de cet atelier, amoor se charge de transformer le résultat des travaux en un cahier des charges précis (pour les services comme pour un opérateur extérieur éventuel) et un document utilisable pour communiquer en interne comme à l’extérieur sur le projet de concertation citoyenne.

L’accompagnement « concertation citoyenne » représente une facturation à partir de 5000€ HT. 
Des options (enquête terrain auprès des habitants, entretiens complémentaires) peuvent augmenter le coût de la prestation. De même que l’animation de la démarche par la suite. 
A contrario, si le principe même de la concertation s’avère difficile (parfois, rien ne vaut une bonne et simple information aux habitants), l’accompagnement peut s’arrêter avant l’atelier et le prix divisé par deux.

Savoir répondre en toute cohérence à tous les besoins citoyens

Le dialogue citoyen peut devenir un outil de pilotage régulier de l’action publique et il devient intéressant de réfléchir à une stratégie globale ainsi qu’à une articulation entre les dispositifs déjà existant et des nouvelles expériences citoyenne.
Fort de son expérience, amoor peut aider l’équipe en charge du dialogue citoyen à construire une stratégie opérationnelle globale, et une boite à outil pour faire face aux différents cas de figure auxquels un acteur public peut être confronté.
Ce sont principalement des solutions pour des contacts humains dont il s’agit, les civic techs correspondant le plus souvent à des collectivités de grande taille pour qui les avantages du numérique arrivent à supplanter les inconvénients et les coûts de la désincarnation.

A l’image de ce qui est nécessaire pour une simple opération de dialogue citoyen, l’accompagnement « stratégie globale opérationnelle » nécessite une première étape de rencontre avec le ou les pilotes, et la réalisation d’une cartographie des parties prenantes ainsi qu’un recensement des moyens disponibles et des objectifs poursuivis.
Pour l’avoir déjà réalisé, une série de trois ateliers, un premier avec des agents, un deuxième avec des élus, un troisième avec un panel de citoyennes et de citoyens, permettent de déterminer les lignes de force d’un projet global. La technique employée consiste à présenter des dispositifs possibles et de faire s’exprimer les participants sur ce qui leur semble positif ou ce qui au contraire leur déplait.
Grâce à l’addition de ces caractéristiques, il est possible de dessiner des solutions, qu’il s’agit d’affiner avec l’équipe du dialogue citoyen et de tester auprès des élus et des citoyens qui ont participé aux ateliers.
Le livrable final comprend un cahier des charges précis, un outil de communication interne et externe et un kit d’utilisation de l’outil méthodologique du « R.O.I. citoyen » personnalisé pour l’acteur public.

Les 3 conditions à réunir pour un dialogue citoyen de qualité :

  1. Pas de dialogue citoyen durable si les élus sont dépossédés de leur mandat.
  2. Impossible de maintenir une dynamique sur le long terme si le dialogue citoyen épuise les services pour des résultats insuffisamment significatifs.
  3. Enfin, il ne faut pas compter sur un engagement durable des citoyens si ils « ne s’y retrouvent pas ». Il faut rechercher le R.O.I. Citoyen (R.O.I. pour Retour sur Investissement).
L’accompagnement « stratégie globale opérationnelle » (entretiens de compréhension, 3 ateliers, production de concepts, prototypage et tests puis livrables) représente une facturation à partir de 10000€ HT. 
Des options (enquête terrain auprès des habitants, entretiens complémentaires, ateliers « ROI citoyen », formations des élus et des agents à la « posture » citoyenne ) peuvent augmenter le coût de la prestation. De même que l’animation de dispositifs citoyens par la suite.

Avant de lancer quoi que ce soit, disposer de pistes créatives

Tous les acteurs publics ont des projets « au frigo » par manque de temps ou « parce qu’on ne sait pas par où les débuter ».
Adopter un tiers de confiance qui sera à même de faire émerger des idées, de les formaliser et d’en concevoir la communication, c’est totalement possible avec a.m.o.o.r.
Avec un mode opératoire qui fait appel à une veille inspirante et des enquêtes terrain, vous pourrez disposer en peu de temps de tout ce qu’il faut pour démarrer avec de la matière.

D’expérience, même si aucun projet ne ressemble à un autre, il est possible d’utiliser un mode opératoire simple et éprouver pour trouver des pistes créatives et opérationnelles.
Des techniques issues des sciences sociales, du design ou de la prospective du présent permettent d’élargir le champ de vision :

  • recherches : observations, analogies, distanciation, désynchronisation (aller chercher dans le passé comme le futur), entretiens avec des usagers extrêmes, des experts, des iconoclastes, etc.
  • compilation de la veille et détermination de paramètres cruciaux à vérifier à travers des petits scénarios à tester auprès des cibles de la concertation (élus, services et citoyens).
  • analyse des résultats et propositions de pistes de travail, ainsi que des conditions de leur réalisation.
L’accompagnement « émergence de concepts » (réunions de travail + enquête terrain + animation d’ateliers + livrables finalisés) représente une facturation à partir de 7000€ HT. 
Des options (ateliers de prototypage de solutions, tests) peuvent augmenter le coût de la prestation.