Mon nouvel ami robot, pour apprendre chaque jour des choses nouvelles

Au début de ce blog, j’avais fait un article pour raconter comment j’avais bâti ma veille. J’avais revu, faute de temps, mes ambitions à la baisse ces derniers temps. Avec comme conséquence la frustration de ne plus découvrir trop de choses nouvelles dans mes domaines de prédilections.

Et puis Benoit Raphaël, le créateur de Flint (et avant de plein de trucs cools, comme le Post.fr, le Lab Europe 1, …) a décidé d’ouvrir une école de robots rien que pour nous empêcher de rester dans nos bulles.

J’élève donc deux robots, Orakle, qui me parle de prospective depuis quelques semaines, et depuis peu, Modeste, que j’ai branché innovation publique. Ces IA lisent le web pour moi, et c’est vraiment génial.

Reprenons au début : connaissez vous la conférence d’Eli Pariser sur votre bulle Internet ? Si ce n’est pas le cas, la voici :

Si on doit résumer, les moteurs de recherche vous traquent, et répondent à vos requêtes en fonction de ce qu’ils pensent vous convenir le mieux en fonction de ça. Enfin pas tous : Qwant ne le fait pas par exemple, mais Google, si, c’est même le principe sur lequel il est construit. A partir de là, vous risquez de lire uniquement des choses qui vous conforte dans vos opinions, et surtout ne rien découvrir de nouveau : fini la sérendipité.

J’avais un remède contre ça, expliqué dans l’article dont je fais mention au début de ce papier : une stratégie d’ouverture basée sur un logiciel formidable qui me permet de faire des requêtes sur tout le web (Talkwalker Alerts). Si comme moi tu as appris le booléen, tu fais des requêtes sur des mots-clés, et tu as chaque jour les articles parus avec les termes sélectionnés, y compris sur des sites que tu ne connais pas.

Sauf qu’une liste de mots-clés ça s’entretient, et que des infos passent dans les mailles de ton filet.

Une Intelligence artificielle qui bosse pour vous

Déjà Flint, le robot « généraliste », enfin mon Flint à moi – chacun son sien ! – arrivait à me dénicher tout seul des articles sur des sites que j’avais trouvés avec peine, et après des mois de recherches croisées sur mes outils de veille. Il m’avait simplement suffit de lui dire, chaque jour (enfin quand j’y pensais), « J’aime » ou « J’aime pas » aux articles qu’il me proposait de lire. C’est le principe, d’une IA, par tâtonnement, elle arrive à tomber dans le vrai, rien de bien extraordinaire dans le fond mais quel progrès concret.

Et puis la possibilité a été ouverte d’élever ses propres robots. J’étais béta-testeur du dispositif avec mon robot Orakle, à qui j’essaye de faire parler de prospective. Au début ça ne fonctionnait pas très bien, mais depuis quelques jours, les résultats sont incroyables. Le résultat d’un entraînement de champion.

éleveur de Robot

Concrètement, comment ça se passe ? Pour commencer, il s’agit de donner  au robot des mots-clés, il vous propose des articles en lien avec ces mots-clés et vous lui dites : Oui / Bof / Non. Et plus on avance, plus ses propositions sont pertinentes. Pour Orakle, j’en suis déjà là. Pour Modeste, je n’avais rien trouvé d’intéressant dans ses premières propositions – malgré la pertinence de mes mots clés – mais c’était un sujet complexe, l’innovation publique. Alors j’ai repris des articles dans mon réservoir à veille (ouvert en 2010, quand je travaillais pour la Région Pays de la Loire) pour le nourrir directement avec des articles de référence, puis j’ai sélectionné dans ses propositions, et déjà les premiers résultats sont très encourageants.

Chaque jour, je reçois donc des informations en matière de prospective et d’innovation publique qui seraient passées sous mes radars sans Orakle et Modeste.

Ouvrir la bulle pour commencer, et on verra bien après

Et, tout ça, c’est déjà très bien. Après, en ferai-je autre chose ? Avec mon ami Emmanuel Bouvet, on va essayer de l’élever ensemble et voir si ça peut être le cas. On en sait encore rien, mais on se dit qu’il existe énormément de potentialités derrière cette IA et que peut-être demain pourra-t-il nous aider à déployer des nouveaux outils.

Ce dispositif est ouvert à tous. Si vous voulez essayer, vous pouvez tester pendant 15 jours. Franchement, tentez l’aventure, c’est incroyable…

NB : cet article n’est pas sponsorisé, il est juste enthousiaste…