Bien démarrer un projet

 

Dans l’action publique, un projet est un projet dès lors qu’on a lancé la machine : note au directeur général (des services) / constitution d’un comité de pilotage avec les partenaires, d’un comité technique, rétroplanning de la décision, etc.

Ici on parle du moment avant que cet attirail ne se déploie.

Bien démarrer un projet, c’est en questionner le sens, les objectifs, la faisabilité, la concordance entre les moyens alloués et l’ambition de départ. Tout cela mérite d’être réalisé bien en amont du premier comité de pilotage…

Le porteur de projet, qu’il soit un élu ou un fonctionnaire, a besoin d’avoir des bases solides pour faire face à la machinerie qui va se déclencher, et c’est là que les outils de l’innovation publique peuvent intervenir :

Le marketing ou les démarches qualité proposent des techniques comme « les 5 pourquoi ». Ici il s’agit d’une version augmentée, avec de la bienveillance et des outils embarqués : on commence par clarifier sa vision du dossier en  travaillant le contexte, les objectifs et les usagers ciblés à l’aide d’un canevas prévu pour cela, puis on réunit un panel composé de collègues et de partenaires bienveillants pour challenger le projet. La seule chose que doit faire le porteur de projet est de répondre aux questions, le plus sincèrement possible.

Le livrable est composé du canevas rempli par vos soins , plus les verbatims et éléments captés pendant l’atelier. Les personnes présentes repartent sans notes.

Un exemple de canevas réalisé pour un Think tank (très complet, on peut faire moins, le canevas est accompagné d’une notice explicative …) :

Cliquez pour agrandir

Il faut compter un jour au moins de préparation, une demi-journée pour le canevas et une autre pour l’atelier-challenge.