Améliorer le service public grâce aux citoyens

Être consultés une fois tous les 5 ou 6 ans au moment des élections ne convient plus à une majorité de citoyennes et de citoyens : elles et ils veulent être associés aux décisions, d’une façon ou d’une autre. Les acteurs publics doivent donc imaginer, chacun à leur échelle, des modalités d’association des habitants, de la grande Région à la Communauté de commune.

La bonne nouvelle, c’est que, lorsque c’est bien fait, le dialogue citoyen améliore considérablement la décision publique, et le rapport temps investi/résultat est excellent.

Tout est question de stratégie opérationnelle de participation citoyenne. Pourquoi le faire, pour quels résultats et comment la mener ?

C’est ce qu’amoor vous propose de définir. De la simple expérience de dialogue citoyen à la co-construction de politiques publiques, en prenant bien soin que chacune des parties prenantes s’y retrouve : élus, service et citoyens.

  • Pas de dialogue citoyen durable si les élus sont dépossédés de leur mandat.
  • Impossible de maintenir une dynamique sur le long terme si le dialogue citoyen épuise les services pour des résultats insuffisamment significatifs.
  • Enfin, il ne faut pas compter sur un engagement durable des citoyens si ils « ne s’y retrouvent pas ».

En s’appuyant sur une longue expérience tant en matière de dialogue citoyen traditionnel que d’innovations démocratiques, en passant par l’utilisation du design de service appliqué à l’action publique, amoor et son réseau de partenaires peuvent vous permettre de passer de la vision à une feuille de route assez simplement et en un temps record.

Classement réalisé sur la base de l’expérience de 25 années d’exercice.
Des outils et techniques construits sur l’expérience

Il existe bon nombre d’outils qui permettent de s’orienter dans ses choix, répandus comme la cartographie des parties prenantes, ou d’autres plus « estampillés amoor » comme le logigramme d’aide à la décision dont est issu l’image ci-dessus (télécharger le poster A3 « comment mener sa participation citoyenne »)
Au delà des outils, l’expérience fournit des outils et des techniques qui rendent l’exercice fructueux. Mais aussi des conseils sur l’attitude ; ainsi, pour obtenir des résultats, il est indispensable d’aimer les gens (c’est ce qui a conduit à choisir un tel nom pour l’agence !).

Le fondateur d’amoor, Olivier Ryckewaert, a débuté sa carrière dans la territoriale en organisant les réunions de quartier entre le maire et les habitants d’une ville de 16000 habitants dans les années 90.
Plus tard, en responsabilité au Conseil régional des Pays de la Loire, il a conçu des exercices de participation citoyenne autour de la réalisation d’un Agenda 21 en 2007 (20 réunions publiques à travers la région, l’animation de 4 panels citoyens) et de la prospective du territoire entre 2011 et 2014. A cette occasion, il s’est familiarisé avec le design des politiques publiques, utilisé pour reconcevoir entièrement les réunions avec les habitants.
Après avoir dirigé le cluster du design dans sa région, il a fondé amoor et développé son activité de formation et de conseil avec de nombreuses collectivités partout sur le territoire national. Il a notamment lancé la communauté innovation publique en ligne du CNFPT (Centre National de la Fonction Publique Territoriale) et conçu leur Mooc Innovation publique qui cumule 15000 participants à travers 5 éditions.

Conférencier, il tient un blog depuis 2017 en s’évertuant à rendre simple le dialogue citoyen (qui ne souffre pas la complication de toute façon).

Qu’il s’agisse de conseil en stratégie opérationnelle de participation citoyenne ou de formation à l’innovation centrée sur les usagers, amoor a développé des modes opératoires originaux, simples d’accès et agiles qui permettent à tout type de collectivités de développer sa propre offre citoyenne.